Remerciements de Nancy, Gracy et Mercy

Une lettre de Nancy

« Cher Père, chers paroissiens,

Je viens de passer mon examen de fin d’études secondaires et je vais pouvoir entrer en faculté pour l’année 2021-2022. Cette année est difficile. En raison de la pandémie, mon père n’a plus de travail. Ma mère cuisine à la maison des plats qu’elle vend sur le marché. C’est dans cette situation difficile que je vais pouvoir, malgré tout, m’inscrire en études supérieures, grâce à votre aide.
J’ai été acceptée au Stella Maris College en licence de psychologie (il s’agit d’une faculté catholique sous la responsabilité des Franciscaines Missionnaires de Marie, à Chennai). Je vous indique ci-dessous les détails du coût de l’année d’études et vous remercie vraiment, cher Père, pour votre aide généreuse. Je remercie tous les paroissiens et suis reconnaissante pour l’aide de chacun. Vous pouvez être sûrs que nous vous garderons dans nos prières familiales et merci de nous garder, vous aussi, dans les vôtres,
En vous remerciant, Sincèrement vôtre, Nancy »

Coûts des études pour l'année 2021-2022
Frais de scolarité et d'inscription aux examens : 50 000 roupies 
Achats de livres et fournitures scolaires : 15 000 roupies. 
Abonnement carte de transport (train) :   18 000 roupies
Total : 83 000 roupies, soit 940 euros pour l'année
L'aide apportée à chacune par la paroisse est d'environ 700 euros, puisque les paroissiens ont donné un peu plus de 2000 euros, à diviser entre les 3 futures étudiantes.


Aider des jeunes en Inde à payer leurs études

Collecte au profit d’une famille indienne

A l’occasion de son départ de l’ensemble paroissial, le père Pierre-Benoît Duveau nous fait par de son souhait d’aider de jeunes indien à payer leurs études.

Père Pierre-Benoît Duveau

Il nous raconte comment il a fait connaissance d’Eward Raj et de sa famille alors qu’il enseignait le français dans une université du sud de l’Inde il y a une quinzaine d’année. Il nous fait prendre conscience de l’importance des études pour ces familles plus que modestes et peu éduquées.

Cliquez sur la lettre du père Pierre-Benoît pour la lire.

Dans une lettre qui nous est adressée, Pierre-Benoît nous partage deux ans de son chemin de vie et nous résume la situation telle quelle est vécue aujourd’hui près de Chennai : « Dans l’expérience d’aide et de solidarité vécue en Inde, il m’a semblé que, sur le plan économique, les études sont le meilleur investissement. La différence entre un jeune diplômé et un jeune sans diplôme est énorme pour trouver un travail. Il s’agit aussi d’une formation humaine : pouvoir étudier, c’est aussi pouvoir faire l’expérience qu’on est capable de quelque chose. Quand on vient du bas de la société, ça compte !«